Connaître les différentes unités de mesure pour le bois de chauffage

Pour vous assurer un approvisionnement cohérent et sans surprise en bois, il importe de maîtriser les différentes unités de mesure utilisées par votre fournisseur. Ces dernières correspondent au stère, au mètre cube apparent et, dans quelques pays, à la corde.

Le stère, un concept flou

Fréquemment employé, le stère de bois se définit comme l’empilage parallèle et avec le minium d’espacement de troncs d’un mètre de long atteignant un mètre de hauteur. Pourtant, cette définition présente un certain flou. Le volume qui vous sera livré dépend en effet étroitement de la coupe de chaquebûche de bois et représentera fréquemment moins que le mètre cube attendu. Des bûchettes de 50 cm de longueur n’occupent ainsi que 0,8 mètre cube, grâce à leur rangement plus aisé.

Longueur des bûches en m Volume apparent en m3 Equivalent en stère (1)

1

1

1

0.50

0.8

1

0.45

0.77

1

0.40

0.74

1

0.33

0.70

1

0.30

0.66

1

0.25

0.60

1

0.20

0.57

1

Le mètre cube, une unité de mesure claire

Face au volume fluctuant associé au stère de bois, il est préférable de toujours libeller la commande de votre approvisionnement en mètre cube. Unité légale dans de très nombreux pays, dont la Suisse, cette mesure vous évite les mauvaises surprises au moment du rangement de votre bois de chauffage. Même si elle reste modulée par la notion d’ « encombrement apparent », elle vous garantit une indépendance du volume par rapport à la forme de la bûche de bois.

stere-bois-m3

La corde, une unité locale méconnue

Prédécesseur du stère, la corde représentait une unité de mesure courante en Europe jusqu’au XVIIIème siècle. Comme son nom l’indique, elle correspondait au volume de fagots entourée par une longueur donnée de cordage. Très locale, elle variait énormément d’un pays et même d’une province à l’autre, valant de 2 à 5 stères.
Elle demeure largement utilisée en Canada, où elle se voit fixée avec une équivalence de 3,62 mètres cubes.

Comment calculer rapidement sa consommation de bûches ?

Pour passer commande du nombre de stères qui correspond réellement à votre consommation, nous vous proposons dans les lignes suivantes une méthode de calcul simple et rapide.

Évaluer son volume de bûches

La première étape consiste à évaluer le volume de bûches consommé par votre habitation sur une période donnée. Votre bois de feu doit donc être soigneusement rangé afin de pouvoir le mesurer sans difficulté. Essayez d’optimiser sa disposition, notamment en laissant le moins d’espace possible entre chaque billot, et de la rendre uniforme. Munissez-vous ensuite d’un mètre pour calculer le volume occupé, avec la formule : longueur x largeur x hauteur. Vous obtenez un nombre exprimé en mètres cubes apparents.

Convertir le résultat en stère

Vous pouvez directement passer commande avec ce résultat, mais l’utilisation encore courante du stère comme mesure doit vous encourager à effectuer une conversion dans cette unité. Cette opération dépend étroitement de la longueur moyenne de vos bûches. Elle consiste à multiplier le volume en mètres cubes apparents par un coefficient d’ajustement donné. Celui-ci prend ainsi 0,8 comme valeur pour des billots de 50 centimètres de long et 0,7 pour 33 centimètres. Une table de conversion étendue peut se trouver facilement sur internet.

Quelques conseils pratiques

Pour détecter d’éventuelles incohérences d’approvisionnement, pensez à toujours commander chez votre fournisseur des volumes déjà rangés. Malgré une mise en stère un peu moins pratique que le vrac, ce choix vous permet de contrôler rapidement la quantité livrée et de formuler d’éventuelles réclamations.
N’oubliez pas que le pouvoir calorifique de vos bûches de bois dépend largement de leur taux d’humidité et de l’espèce d’origine. Pensez par conséquent à choisir une matière première de qualité et parfaitement adaptée à vos différents moyens de chauffage.

Comment bien choisir son bois de chauffage ?

Pour profiter au maximum du potentiel calorifique du bois de feu, choisir un approvisionnement bien sec, adapté à votre consommation et cohérent avec votre mode de chauffe est nécessaire.

Privilégier une matière bien sèche

Le taux d’humidité représente un élément essentiel de la qualité du bois de feu. La présence d’eau dans les fibres altère la production d’énergie lors de la flambée. Pour vous assurer une combustion efficace à long terme, faites le choix de fournisseurs de qualité, comme par exemple bois-chauffage.ch, puis contrôlez régulièrement ce taux avec un humidimètre, avec l’objectif de ne pas dépasser 25%. Pensez aussi à stocker vos bûches et vos pellets à l’abri du froid et des intempéries.

Sélectionner des espèces adaptées à votre consommation

Vos besoins aux différents moments de l’année conditionnent étroitement le choix de votre approvisionnement.
Les feuillus tendres et les espèces résineuses se caractérisent par leur rapidité d’embrasement et une forte montée en température. Ils sont donc à privilégier pour créer un chauffage complémentaire ou pour une utilisation très ponctuelle, de faible durée.
A l’inverse, les arbres à feuilles dures présentent une combustion plus lente mais de meilleur rendement énergétique. Ils se voient destinés aux principaux équipements de votre habitation pour fournir une chaleur durable.

Connaître les subtilités de chaque essence

Chaque espèce d’arbre possède ses qualités propres, souvent mises en valeur par un seul moyen de chauffe.
Pour alimenter votre cheminée et vos fours, choisissez notamment du charme commun, du frêne et du bouleau, qui se distinguent par leurs belles flammes et leurs faibles risques d’étincelles. Pour les chaudières et les poêles, le chêne et le hêtre sont des solutions idéales. Largement répandus, ils présentent un fort pouvoir calorifique et se consument avec une odeur agréable.

Trois moyens efficaces pour se chauffer au bois

Pour assurer la chauffe ponctuelle ou intégrale de votre habitation en utilisant du bois de feu, trois équipements principaux permettent de répondre efficacement à la plupart de vos besoins : les poêles, les cheminées et les chaudières.

Le poêle, destiné à une pièce

Le poêle assure une diffusion de la chaleur par rayonnement ou convection dans sa pièce d’accueil. Il s’organise autour d’une chambre de combustion et d’une arrivée d’air optimisées, qui permettent d’atteindre un rendement très correct de 70 à 80%.
Pensez à choisir un modèle à la puissance soigneusement adaptée. Trop poussif, l’équipement sera incapable de vous réchauffer ; trop gourmand, il vous coûtera cher en bûches ou en granulés.

Les cheminées, un équipement puissant et évolutif

Comme le poêle, la cheminée permet de réchauffer une zone définie de votre logement. Sa version initiale recourait à l’air de la pièce pour alimenter un brasier tout en éliminant la fumée par un conduit supérieur. Trop peu efficace, cette architecture dite « ouverte » est désormais considérée comme un simple élément de décoration et se voit remplacée par des modèles à foyers fermés, qui améliorent très nettement la combustion. Ces équipements présentent une forte évolutivité pour étendre leurs capacités au-delà de la production d’énergie.

Les chaudières, un équipement à haut rendement

Ce type de matériel permet d’alimenter l’ensemble de votre habitation en chaleur, grâce à un réseau de tuyauteries. Fréquemment installée dans une pièce dédiée, la chaudière se caractérise par sa forte efficacité énergétique. Ses déclinaisons les plus récentes recourent à un approvisionnement continu enpellets, qui offre une grande souplesse d’utilisation pour un investissement modéré. Privilégiez un modèle automatisé, qui ne vous demandera qu’une surveillance légère, identique à celle de son équivalent au fioul.

Chauffer au bois, un réflexe pratique, économique et écologique

Le bois représente une excellente solution pour assurer le chauffagedans les logements. Matière naturelle abondante, il se caractérise par sa praticité, son coût modéré et ses avantages écologiques.

Une solution pratique

Ce chauffage offre l’avantage d’une grande souplesse et peut s’adapter à chaque type d’habitation. Différents équipements, comme les poêles, les cheminées et les chaudières, permettent de répondre finement aux besoins des particuliers. Souvent évolutifs, ils peuvent aussi s’associer à d’autres solutions de production de chaleur.
Leur approvisionnement régulier par un fournisseur s’effectue couramment sous la forme de bûches et de briquettes faciles à ranger et à utiliser. Innovants, des pellets de petite dimension permettent d’encore réduire l’espace de stockage tout en apportant un fort pouvoir calorifique.

Une solution économique

Le bois de feu se révèle une énergie très performante, dont le coût reste modéré par rapport à ses concurrents, notamment fossiles.
Il affiche des rendements largement supérieurs à 70%, même pour les équipements de chauffage les plus anciens, tandis que son abondance se traduit par l’absence d’inflation sur les prix. En Suisse, son tarif au Kwh est ainsi trois fois moins élevé que celui du propane ou de l’électricité.

Une solution écologique

Le bois de chauffage représente une source d’énergie particulièrement écologique et saine.
Renouvelable et largement disponible dans la plupart des pays, il affiche un bilan carbone neutre et ne dégage donc pas de gaz à effet de serre. Aussi « vert » que l’éolien, le solaire ou la géothermie mais pourtant moins connu, il se distingue par son caractère durable. Débouché naturel de l’exploitation et de l’entretien des forêts, il contribue aussi à maintenir un emploi local.